Histoire de la Kizomba

  • Qu’est-ce que la Kizomba ? ©
  • Genre musical ©
  • Type de danse ©

La Kizomba est le résultat d’une évolution. Le mot désigne à la fois un style de musique et un style de danse. Kizomba est un mot angolais qui signifie “fête” en Kimbundu, une des langues les plus répandues en Angola au sein du groupe ethnique des Bantu. L’expression angolaise Kizombadas telle qu’elle était utilisée au cours des années ’50 référait à une grande fête mais n’établissait pas, comme elle le fait actuellement, de lien avec la danse et la musique.

 

Les danses traditionnelles nommées Semba, Kabetula, Kasukuta, Maringa, Caduque, Rebita, Cidralia, Dizanda furent à l’époque prédominantes. La plupart d’entre elles sont en première instance des danses de carnaval. Vous pouvez en découvrir un grand nombre séparément à l’occasion du „Carnaval da Victoria“, qui se déroule à Luanda, capitale de l’Angola. Ce carnaval ainsi que celui de Lobito de la province de Benguela ont popularisé ces danses dans l’ensemble du pays et continuent de promouvoir la culture angolaise.

1) Carnaval à Luanda
2) Carnaval à Luanda

La danse et la musique Kizomba ne sont pas uniquement pratiquées en Angola mais aussi dans d’autres pays lusophones (pays où l’on parle le portugais) tels que le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, le Mozambique, la Guinée-Équatoriale, le São Tomé et Principe, le Timor Oriental, le Brésil et le territoire de Macao. Comme sa popularité monte à l’heure actuelle également en flèche dans le monde occidental, on trouve aussi de la Kizomba au Portugal, au Royaume-Uni, en France, en Belgique, en Espagne, aux Pays-Bas, au Luxembourg, aux Etats-Unis ainsi que dans certains pays de l’Europe de l’Est tels que la Pologne, la Bulgarie, la République tchèque et la Serbie. Il est indéniable que la Kizomba est en train de conquérir le monde comme musique romantique qui caresse l’oreille et danse super-sensuelle qui captive l’âme.

Plus qu’une danse, la Kizombalove est aussi une méthodologie d’enseignement mise au point par José N’dongala lui-même. La « José N’dongala Kizombalove méthodologie » est utilisée par beaucoup de danseurs de Kizomba et enseignants en raison de sa bonne technique, structure et approche.

 

José N’dongala a lancé en Janvier 2012 le premier syllabus officiel et professionnel « Kizomba teachers course ». Ce sont la première formation et syllabus « Kizomba pour enseignants » disponibles sur le marché. Son programme de formation pour enseignants Kizomba est appelé « José N’dongala Kizombalove Methodology ». José N’dongala est la personne qui a introduit la Kizomba et la Semba officiellement en Belgique.

La musique Kizomba a vu le jour en Angola (à Luanda) au cours des années ’80 sous l’influence du Semba traditionnel (ancêtre de la Samba brésilienne) et de la musique Zouk de Kassav, groupe originaire de la Guadeloupe dans les Caraïbes françaises.

S’appuyant sur ces bases-là, la musique Kizomba a émergé comme un genre musical plus moderne assaisonné d’une touche de sensualité et accompagné d’un zeste de rythmes africains. Elle se caractérise, à l’opposé du Semba, par un rythme plus lent et généralement très romantique. Ancienne colonie portugaise, l’Angola a comme langue principale le portugais. La majorité des chansons Kizomba sont du même fait écrites dans cette langue-là. Au tout début, elles étaient pourtant interprétées en Kimbundu et dans d’autres langues nationales de l’Angola. Citons parmi les chanteurs les plus connus de la Kizomba angolaise Bonga (Semba, musique traditionnelle), André Mingas (musique traditionnelle), Liceu Vieira Dias, Neide Van-Dúnem (Semba, musique traditionnelle), Don Kikas (Semba, Kizomba), Calo Pascoal (Kizomba), Heavy C. (Semba, Kizomba), Puto Portugues (Semba), Maya Cool (Kizomba, Semba), Matias Damasio (Kizomba, Semba), Rei Helder (Semba), et Irmãos Verdades (Kizomba).

Des chanteurs originaires du Cap-Vert ont à l’heure actuelle acquis une grande popularité avec de nombreuses compilations de célèbres musiques Kizomba. Parmi eux, des gens tels que Suzanna Lubrano, Johnny Ramos, Nelson Freitas. Il est donc normal que les origines de cette musique déconcertent beaucoup de gens qui croient erronément qu’elle vient du Cape-Vert, pays qui joue actuellement un rôle important dans sa production. Les styles musicaux typiques du Cap-Vert s’appellent Funana, Morna, Coladeira et Batuque. Grâce à la musique Zouk guadeloupéenne et à l’influence forte de la Kizomba (d’origine angolaise), les chanteurs capverdiens ont toutefois aussi pu développer leur propre version de Zouk (mix de Zouk et de Coladeira. Ce mélange est mieux connu sous le nom de Cola-dance, Cabo-love, Cola-zouk, Cabo-swing et Ghetto Zouk. Tous les pays lusophones ont d’ailleurs imprégné la musique Kizomba de leur propre parfum.

Ce qu’on appelle aujourd’hui danse Kizomba est selon moi en réalité une évolution du Semba traditionnel. Ce qui est certain aussi, c’est que l’engouement pour la musique Kizomba est antérieur à la naissance de la danse Kizomba telle que nous la connaissons actuellement.

 

Le peuple angolais danse le ‘Semba’ depuis les années ’50 (pour plus d’infos, voir le chap. 3). Cette tradition est restée inchangée, même quand Kassav, groupe guadeloupéen originaire des Caraïbes françaises, a au cours des années ’80 introduit sa musique Zouk en Angola.

 

Les Angolais ont tout simplement interprété leur traditionnel ‘Semba’ sur les rythmes de la musique Zouk. Une variante nommée Brucha Brucha (hommes dansant avec des hommes) s’est toutefois développée parallèlement. Ce mix de Semba et d’autres types de danses africaines fut parfois exécuté sur de la musique Zouk de Kassav.

 

Au cours des années ’90, l’originale musique Kizomba devint de plus en plus populaire et la danse Kizomba commença à porter ses fruits pour devenir la danse qu’elle est aujourd’hui. Tout est parti des danseurs de Semba angolais, qui ont adapté leurs pas de danse Semba au rythme et au goût des beats Kizomba. Techniquement parlant, la danse Kizomba est dans son essence un ‘Semba’ dansé sur une lente musique Kizomba. Les danseurs angolais de Semba aiment la musique Kizomba et n’ont jamais cessé d’exécuter leur ‘Semba’ au rythme de cette musique-là. Au tout début, la danse Kizomba n’était en fait qu’un Semba exécuté au rythme moins rapide de la musique Kizomba. La différence actuelle vient du fait que les danseurs ont développé petit à petit des mouvements typiquement Kizomba, qui conviennent explicitement à la musique Kizomba, mais pas à la musique Semba.

 

Il est important de souligner qu’en Angola on ne fait pas de grande différence entre la danse Kizomba et la danse Semba, mais bien entre la musique Kizomba et la musique Semba.

 

Lors des concours de Kizomba en Angola, les performances se déroulent généralement sur fond de musique Semba. Beaucoup de gens continuent de croire que les Kizomba ne sont du même fait que des Semba dansés sur des rythmes de musique Kizomba. Certains prétendent même que les épreuves de Kizomba devraient pour bien faire être appelées concours de Semba. Seuls les Angolais de ma génération (à partir de 1970) seront encore en mesure de se souvenir de ces vérités-là. Jusqu’à présent, nous ne disposons toujours pas suffisamment d’informations scientifiques ni d’études reconnues consacrées au développement du Semba et de la Kizomba.

 

Suite à la présence cubaine en Angola lors de la guerre civile de 1975 à 2002, la culture cubaine et surtout celle de la danse de ce pays a fortement influencé la ‘Kizomba’. Voilà pourquoi on y retrouve des éléments cubains. La globalisation a également favorisé en Angola la popularité des styles de danse nommés ‘Milonga’ et ‘Tango’. Ceux-ci ont même influencé à tel point la danse Kizomba, que celle-ci est parfois appelée “Tango africain”.

 

Un des danseurs angolais les plus connus de Semba et de Kizomba est Mateus Pele do Sangado. Il est notre “Kota” (grand frère) et nous avons beaucoup de respect pour lui, pour son grand talent et son imagination. Il a inspiré de nombreux jeunes danseurs en Angola et plus particulièrement dans la capitale Luanda.

 

Je voudrais clore ce chapitre par la réflexion suivante : il y a une grande différence entre “la musique” Kizomba et “la danse” Kizomba. La Kizomba ou « danse originaire d’Angola » N’A PAS subi d’influences Zouk. « La musique » Kizomba a par contre subi des influences Zouk guadeloupéennes et martiniquaises. Si vous entendez donc dire que la Kizomba a subi des influences ‘zouk’, gardez toujours en mémoire que cette remarque renvoie à la « musique » Kizomba et non pas à la « danse » du même nom.

Kizombalove Academy

Website: www.kizombalove.com

facebook: Kizombalove Team Brussels

(José N’dongala Kizombalove Methodology teachers course – KIZOMBA TEACHERS COURSE, p. 19-21)